Les relations économiques

Les relations économiques et commerciales ont progressé rapidement depuis 1999 et sont particulièrement denses. Nos échanges ont effectivement triplé entre 1999 et 2013. En 2014, la France est devenue le 2nd partenaire de l’Algérie avec 10,9% de part de marché (12,08% en 2012) derrière la Chine (12,4%) et devant l’Italie (10,3%). Néanmoins, notre part de marché subit une érosion constante depuis 2000, en raison d’une concurrence accrue (Italie, Espagne, Allemagne, Turquie mais surtout Chine). La France semble proportionnellement avoir moins profité que ces concurrents de l’ouverture relative de l’économie algérienne.

La France est cependant toujours le premier investisseur hors hydrocarbures et premier employeur étranger en Algérie : nos entreprises emploient près de 40.000 salariés (100.000 si l’on inclut les indirects), pour environ 500 entreprises implantées (une trentaine du CAC 40 sont actives ou présentes sur le marché algérien). Le principal secteur porteur d’emplois et d’activité est celui des services : les services financiers grâce à la présence de Société Générale et BNP Paribas, les transports (avec notamment la présence d’Air France). Dans le domaine maritime, CMA-CGM, avec un effectif de 400 personnes, est leader sur le marché algérien, l’hôtellerie-restauration (groupes Accor, Sodexo, Newrest), la distribution automobile à travers Renault et Renault Trucks, le secteur de l’environnement avec Suez Environnement.

Les exportations françaises, 6,9 Mds EUR en 2014, ont progressé, mais la Chine est devenue le premier fournisseur de l’Algérie avec 8,4 Mds EUR de produits exportés. La progression des exportations française est portée par la dynamique des ventes de céréales alors que nos exportations de véhicules se réduisent. Dans le même temps nos importations ont atteint 4,2 Mds EUR enregistrent une forte hausse (+49,7 %) à 2,4 Mds EUR (1,6 Mds€ sur la même période 2012). Cette évolution est imputable au pétrole qui représente près de la moitié de nos importations sur la période (1,1 Mds EUR).

M. Jean-Louis Levet a été mandaté en mai 2013 comme Haut responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne, dans le sillage de la visite d’Etat du Président de la République en Algérie en 2012. Il contribue à donner un nouvel élan aux relations bilatérales dans ces deux domaines, par la réalisation de partenariats d’exemplarité fondés sur la concertation et l’entente durable. Jusqu’à présent, la Mission Levet est parvenue à établir un authentique climat de confiance avec l’ensemble des interlocuteurs algériens (autorités, entreprises, chercheurs, etc.) et, en concertation étroite avec ses correspondants algériens, a identifié des projets de partenariats prometteurs. Certains de ceux-ci pourront et ont fait l’objet d’accords lors d’événements bilatéraux de référence tels que le Comité mixte économique franco-algérien (dont la prochaine édition aura lieu à l’automne 2016 à Alger) ou le Comité intergouvernemental de haut niveau (qui s’est tenu en avril 2016). La Mission est un outil original d’animation de notre coopération bilatérale et ses résultats sont encourageants.

Fin 2014, M. Jean-Louis Bianco a été nommé Représentant spécial du ministre des Affaires étrangères pour les relations économiques de la France avec l’Algérie, succédant ainsi à M. Raffarin et renouvelant cette fructueuse formule d’accompagnement politique de projets économiques. Sa mission doit faciliter les activités des entreprises françaises opérant en Algérie. Il s’agit donc de les accompagner dans le traitement au cas par cas des éventuelles difficultés qu’elles y rencontrent. Mais la Mission Bianco a aussi vocation à préparer l’avenir de ces entreprises françaises : à cet égard elle contribue, avec les différents partenaires algériens, à prévenir l’apparition de nouvelles difficultés, à sécuriser l’entrée et le développement des PME-ETI françaises sur le marché algérien ou à étudier la mise en place de mécanismes permettant d’améliorer certains aspects décisifs (délais de paiement, de dédouanement, transferts de recettes, etc.). M. Bianco s’est rendu à Alger le 18 décembre.

Liens utiles

Ministère de l’Economie et des Finances
Ministère du Commerce Extérieur
Service économique régional d’Alger
Business France Algérie
Chambre de Commerce et d’Industrie Algéro-Française

publié le 04/05/2017

haut de la page