Voeux 2018 de l’Ambassadeur Xavier Driencourt [ar]

Découvrez les vœux de l’Ambassadeur Xavier Driencourt à l’occasion de l’année 2018

Chers amis,

Bonjour,

Je vous souhaite à tous une très bonne fin d’année 2017 et une très bonne année 2018.

Vous avez vu il y a quelques instants, le film qui repasse les principaux évènements de l’année 2017 en ce qui concerne la France en Algérie. Vous avez vu que cela a été une année extrêmement riche. Pour ma part, je n’ai participé qu’à une partie de ces évènements puisque je suis arrivé il y a peu près six mois en Algérie. Mais je constate que l’année 2017 a été particulièrement dense. Elle s’est terminée bien évidemment il y a quelques jours par la visite de travail et d’amitié du Président de la République française Emmanuel Macron en Algérie, prélude très certainement à une visite d’Etat, qu’il souhaite effectuer au cours de l’année prochaine.

Si je reviens sur les évènements de 2017, l’année a été particulièrement riche. Nous avons eu beaucoup d’activités pour ce qui concerne l’Ambassade et la France. La France a participé au Salon de la Bande dessinée où elle était invitée d’honneur. Elle a participé de manière active au Salon du Livre d’Alger. Il y a eu un certain nombre d’accords dans le domaine économique qui ont été conclus au Comité intergouvernemental de haut-niveau (CIHN) le 7 décembre dernier à Paris : l’accord entre Peugeot-Citroën et des partenaires algériens, Sanofi et Schneider, IPSEN. Beaucoup d’accords dans le domaine économique donc et beaucoup d’accords de coopération qui ont été signés par les deux gouvernements. Nous avons enfin ouvert une annexe du Lycée international Alexandre Dumas à Oran. C’est une année qui se termine donc sur une activité extrêmement fournie.

Nous entrons maintenant en 2018. Je suis sûr que l’année sera également très riche et dense en activités. Le Président de la République, lors de sa visite à Alger, a pris des engagements. Il a abordé l’ensemble des sujets qui concernent la relation algéro-française. Il regarde cette relation, comme il l’a dit lui-même, de manière décomplexée, nouvelle, avec un regard neuf. Il a fait des propositions très riches : la création d’une école du numérique sur le modèle de l’Ecole 42 en France, la création à examiner en commun d’un fonds commun d’investissement franco-algérien pour accompagner les entreprises françaises afin qu’elles puissent investir en Algérie. Nous avons examiné ensemble, et nous en avons parlé avec le gouvernement algérien, la possibilité de créer un nouveau type de visas dédiés aux stagiaires, aux apprentis, aux jeunes qui veulent se former pendant quelques semaines en France. Enfin, nous allons aussi commencer à examiner la faisabilité d’ouvertures d’annexes de l’Institut français d’Alger dans d’autres villes que celles où nous disposons d’un Institut français (c’est-à-dire Alger, Oran, Annaba, Constantine et Tlemcen). Nous avons commencé la semaine dernière à examiner les modalités d’une ouverture à Ouargla, et nous espérons que nous allons pouvoir continuer de la sorte dès 2018.

Il y a donc beaucoup de projets que nous allons mener ensemble, en 2018. Pour ma part, je continuerai, comme je l’ai fait ces derniers mois, à me déplacer en Algérie, car comme j’ai souvent l’occasion de le dire, l’Algérie, ce n’est pas qu’Alger. Il y a beaucoup d’hommes et de femmes qui vivent dans d’autres villes : il y a une richesse, un potentiel, un dynamisme, une activité dans ces villes, et je crois que le rôle d’une Ambassade et des agents de l’Ambassade et de l’Institut Français est d’aller au-devant de ces Algériens qui vivent dans ces villes. Pour ma part, je le ferai avec tout le dynamisme dont j’essaie d’être capable, et je continuerai à le faire en 2018 avec vous et d’ici là je vous souhaite à tous une très bonne année.

publié le 01/02/2018

haut de la page