Rencontre avec les meilleurs candidats Campus France Algérie [ar]

Monsieur Fèvre, Administrateur de la Chambres de commerce et d’industrie algéro-française,
Mesdames, Messieurs représentants les entreprises,
Chers Alumni,
Chers étudiants,

Je me réjouis de rencontrer pour la première fois les étudiants Campus France à la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française. Il était difficile, pour des raisons évidentes de place, de les accueillir tous. Nous avons donc choisi les plus méritants, c’est-à-dire vous.

En effet, vous faites partie des meilleurs étudiants Campus France partant sur un projet de mobilité pour la rentrée de septembre 2017 sur près de 32 000 dossiers déposés. Je sais que certains sont major de promotion, d’autres ont eu les félicitations dans l’obtention de leur diplôme de licence ou de master. Campus France a également remarqué combien vous avez été consciencieux dans la construction de votre projet d’étude. Quelques-uns parmi vous ont même été distingués, soit par une Bourse d’excellence Major obtenue au Lycée international Alexandre Dumas, soit par une bourse Eiffel.

Je suis agréablement surpris par la diversité de vos parcours. Certains iront étudier en master, d’autres en doctorat dans des domaines aussi variés que les sciences sociales, la biologie, les sciences de l’ingénieur, le commerce et la gestion, le français, l’architecture et toujours en complément de votre formation initiale dans les meilleures universités algériennes. Cette préparation, en lien avec Campus France, pour acquérir un complément de formation ou une spécialisation vous a permis d’obtenir le précieux sésame : la lettre de pré-inscription dans un établissement supérieur français.

Bientôt, vous allez rejoindre les 300 000 étudiants du monde entier qui ont choisi les universités et les écoles françaises pour la qualité et la diversité des études proposées, la richesse culturelle offerte en France ou encore le dynamisme économique. La France est le quatrième pays d’accueil des étudiants internationaux après les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie. La France et un pays d’excellence universitaire comme en témoigne le nombre de prix Nobel et de Médaille Fields décernés à des chercheurs français.

En précisant cela, j’ai bien conscience de l’importance de la mobilité étudiante de l’Algérie vers la France : chaque année près de 40 000 étudiants algériens viennent se renseigner à Campus France pour poursuivre leurs études en France. 7 431 étudiants ont rejoint les bancs des établissements français l’année dernière et 23 000 étudiants algériens séjournent actuellement en France, ce qui en fait la troisième communauté estudiantine de notre pays.

Vous allez donc contribuer à l’intensification de la coopération universitaire et scientifique entre nos deux pays. Le nombre d’accords et conventions signés entre les universités algériennes et françaises tutoie aujourd’hui les 800 : ce n’est pas rien ! Votre choix d’étudier en France s’inscrit pleinement dans la dynamique de notre relation bilatérale faite d’échanges et de construction d’un partenariat privilégié reposant notamment sur la force de la jeunesse que vous représentez.
Etudier dans l’hexagone, c’est une chance exceptionnelle de pouvoir concilier l’acquisition d’un savoir d’excellence et un cadre de vie unique. Etudier en France c’est aussi découvrir la diversité du pays : ses habitants avec lesquels vous allez je l’espère tisser des liens forts, sa culture et son patrimoine, sa gastronomie, ses régions si différentes. Chaque année, l’enthousiasme du départ est empreint d’anxiété face à cette nouvelle aventure. La vie étudiante est pleine de surprises mais une chose est certaine : elle sera un moment inoubliable fait de rencontres avec les étudiants français, d’angoisse des premiers examens et de sourire de satisfaction au moment des résultats, de soirées étudiants, de visites culturelles et bien d’autres moments riches en échanges.

Faire des études, c’est bien mais ces études ne peuvent être envisagées sans un projet professionnel. Vous êtes l’avenir de l’Algérie. Les entreprises algériennes tout comme les entreprises françaises implantées en Algérie ont besoin de votre expérience française et de vos nouvelles compétentes acquises lors de votre cursus. C’est pourquoi ce soir, nous avons décidé de les convier pour échanger avec vous et construire ensemble votre projet d’avenir. Présentez-vous aux entreprises, donnez votre CV, échangez, gardez ces précieux contacts ! L’Algérie a besoin de votre créativité pour créer des nouvelles entreprises innovantes, pour développer les centres de recherche. Vous êtes les chefs d’entreprise et les universitaires de demain.
J’attire aussi votre attention sur l’importance du réseau France Alumni Algérie. En octobre 2015, nous avons lancé ce nouveau réseau social français destiné aux anciens étudiants étrangers ayant fait des études en France. France Alumni Algérie permet aux alumni de rester informés, de garder le contact et de valoriser leur parcours en France tout en favorisant la reconnaissance de leurs compétences et leur savoir-faire et en leur permettant d’échanger dans un contexte convivial. 4 650 alumni ont déjà rejoint la plateforme. Je vous invite d’ores et déjà à vous y inscrire. Vous pourrez trouver les anciens étudiants internationaux dans votre domaine d’études, échanger avec eux, créer des groupes de discussion. Et surtout vous serez connectés avec le monde économique et professionnel pour préparer votre retour en Algérie et votre avenir professionnel. Depuis février, chaque 1er du mois, la newsletter France Alumni Algérie Emploi vous informe sur les offres d’emploi disponibles dans nos entreprises partenaires et présente le portrait d’un directeur d’entreprise ou responsable en ressources humaines. Tous ont mentionné l’impact des études à l’étranger sur l’employabilité des jeunes diplômés.

Enfin, je sais pouvoir compter sur votre assiduité et votre détermination dans la poursuite de vos études. Une nouvelle expérience que j’espère pour chacune et chacun à la hauteur de votre talent et de vos ambitions. Je le répète, vous êtes l’avenir de l’Algérie et autant de passerelles entre nos deux pays.

publié le 12/07/2017

haut de la page