Pose de la première pierre des travaux de rénovation de l’IF Annaba [ar]

Intervention de M. Bernard EMIÉ
Ambassadeur, Haut Représentant de la République Française en Algérie

Déplacement à ANNABA

Pose de la première pierre des travaux de rénovation de l’Institut français d’Annaba


Annaba, mardi 29 novembre

Monsieur le Consul général de France à Annaba
Monsieur le Wali,
Monsieur le directeur de la Culture de la Wilaya,
Monsieur le Recteur,
Messieurs les recteurs,
Mesdames, Messieurs les amis et partenaires de l’Institut français,
Mesdames Messieurs les représentants des médias
Mesdames et Messieurs les agents de l’institut français d’Annaba,

C’est un honneur pour moi de pouvoir aujourd’hui dévoiler symboliquement la première pierre du projet de rénovation de l’Institut français d’Annaba. J’avais annoncé ce projet il y a deux ans lors de ma première visite à Annaba, le 10 décembre 2014 et nous nous sommes efforcés depuis que ce projet devienne réalité.

Avant de vous exposer le détail de cette ambitieuse initiative, laissez-moi vous rappeler le sens de cette diplomatie culturelle extérieure que mène mon pays, alors même que vient de se dérouler, à Antananarivo en présence de Ramtane Lamamra, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, et Représentant spécial du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, le sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie dont le Président algérien est l’invité spécial. Nous disposons à l’étranger d’un large réseau de Services et d’établissements culturels au service du rayonnement de notre langue, cette langue que nous avons en partage, mais aussi de notre culture et de nos valeurs partagées.

La centaine d’Instituts français dans le monde et nous en avons 5 en Algérie, à l’action desquels s’ajoutent 900 Alliances françaises, tisse des liens privilégiés avec les partenaires locaux, avec des objectifs clairs et simples.

-  faire connaître à l’étranger la culture et les œuvres des artistes français : en organisant près de 25 000 manifestations culturelles par an ;
-  construire des réseaux durables entre les créateurs mais aussi entre les responsables des politiques culturelles, pour répondre aux demandes des artistes et des professionnels étrangers et les faire connaître dans nos Instituts et au-delà en France,
- mais aussi promouvoir toujours et partout, l’enseignement de la langue française selon les méthodes les plus modernes et les plus efficaces ;
- mais aussi dans une action de partenariat, pour renforcer les capacités professionnelles des filières artistiques locales ;
- et enfin, de préparer l’accueil des étudiants dans les meilleures conditions en France.
Cette diplomatie culturelle porte aussi la dimension du débat d’idées avec des objectifs que nous avons là aussi en partage, la lutte pour la promotion de valeurs, la lutte contre la radicalisation et l’obscurantisme, le développement de l’esprit critique et de l’ouverture sur les autres.

JPEG

En France, après le terrible attentat qui, début 2015, a frappé la rédaction de Charlie Hebdo, avant de s’en prendre à des lieux de culture comme le Bataclan à Paris ou des lieux de divertissement comme la Promenade des Anglais à Nice, notre réseau diplomatique et culturel a été mobilisé pour valoriser le dialogue et l’esprit critique, la tolérance, l’humanisme, la diffusion de pensée et de savoirs.
C’est dire combien je suis heureux ici, à Annaba, de pouvoir lancer les travaux de rénovation de cet Institut français qui est familier pour nombre d’habitants d’Annaba.

Cet Institut dont la vocation est à la fois de rayonner sur Annaba mais sur l’ensemble de la région, se prépare donc à une rénovation importante, ambitieuse, inédite en Algérie. La dernière rénovation importante de cet établissement date de 1987, et certains s’en souviennent car ils étaient étudiants ou lycéens à l’époque.

Une rénovation d’une telle ampleur n’arrive en effet que tous les 30 ans, d’où le travail de préparation qui a pris du temps. Car il faut non seulement rénover l’existant mais se projeter dans l’avenir métier par métier, et viser l’efficacité. D’où un projet qui va vous être dévoilé dans quelques instants, fruit de plusieurs mois d’échanges entre le Consulat général, la direction de l’antenne de l’IFA brillamment assurée par David Queinnec, les chefs de services de l’établissement, les architectes, l’Institut français à Alger comme à Paris, et enfin le service immobilier de l’ambassade.

Nous pouvons maintenant lancer ce chantier et nous préparer à réceptionner dès l’automne 2017 un Institut rénové et optimisé, vaste avec des nouvelles initiatives qui en feront sans doute un centre de rayonnement culturel encore plus apprécié de ses publics.

Un centre rénové car ses installations désuètes ne nous permettaient plus de bien de vous accueillir dans les meilleures conditions. Un centre optimisé, modernisé et agrandi puisque nous récupérons des locaux du 4ème étage et le patio si agréable sera bien intégré au projet.

Dans ce nouvel espace désormais ouvert au public vous sera proposée une cafétéria moderne, conviviale et je l’espère délicieuse, qui deviendra sûrement l’une des attractions du bâtiment rénové.

Cette rénovation permettra d’adapter le bâtiment aux missions de l’Institut Français qui ont évolué, mais qui demeurent celles auxquelles vous êtes attachés et que je viens de décrire. Nous multiplierons donc les spectacles, les expositions, les projections de film, les conférences, les débats. Nous délivrerons nos cours de Français et organiserons les examens dans des salles plus conviviales, plus grandes, plus accueillantes. Nous accueillerons nos étudiants dans un bureau Campus France rénové, plus fonctionnel. Enfin, nous accueillerons tous les partenaires et usagers de l’Institut dans une médiathèque rénovée, adaptée aux attentes des lecteurs et équipée des dernières technologies. David Queinnec vous présentera tout cela dans un moment.

Mais les travaux nécessitent naturellement une transition et une adaptation.

Chers Usagers, les choses seront plus difficiles dans les mois qui viennent.
Chers agents de l’Institut français, vos conditions de travail seront moins confortables pendant quelques temps, mais je sais que vous êtes partenaires et pleinement associés dans cette belle aventure et je vous remercie de votre implication indispensable à la réussite d’une telle entreprise. Vos collègues de certains autres Instituts en Algérie sont passés par cette phase de travaux inconfortable temporairement qui ouvre de nouveaux horizons et ils ne le regrettent pas.

Je souhaite remercier toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés pour ce projet complexe mais fédérateur, mais je souhaite surtout remercier nos partenaires algériens qui nous ont soutenus, conseillés, encouragés.

-  M. le directeur de la Culture avec lequel l’Institut Français présente régulièrement des spectacles à la maison de la culture ou au théâtre régional,
-  Messieurs les recteurs de Souk Ahras et de Guelma qui permettent aussi à l’Institut de ne pas interrompre ses activités culturelles et de projeter des évènements au plus près des publics de vos Wilayas. Les spectacles récemment organisés avec vous ont eu un impact national.
-  M. Dieudé, directeur général de Fertial, qui apporte une aide précieuse en offrant pendant la durée du chantier, des espaces de stockage pour les livres, les meubles et les matériels de l’Institut français.

Voilà Mesdames et Messieurs ce que je voulais vous dire, et vous dire ma fierté d’avoir pu permettre de conduire ce projet, ce projet qui avec les nouvelles écoles françaises qui s’ouvriront dans les années prochaines à Oran mais aussi à Annaba, nous permettent de moderniser et de renforcer notre présence dans ce grand pays ami qu’est l’Algérie. Ce projet qui répond à une attente de la population d’Annaba. Ce projet qui nous permettra dans le domaine de la Culture et de l’Education de poursuivre ce partenariat gagnant-gagnant cher à nos deux gouvernements et à nos deux Président, dans le cadre de ce partenariat d’exception qu’ils n’ont cessé de vouloir et de promouvoir.

Je vous remercie.

publié le 13/12/2016

haut de la page