Hommage aux victimes du terrorisme : discours de M. l’Ambassadeur [ar]

Mesdames, Messieurs,

Le 11 mars a été désigné par le Président de la République « Journée Nationale d’hommage aux victimes du terrorisme ». Elle reste par ailleurs la « Journée européenne de commémoration des victimes du terrorisme », choisie en référence aux attentats de Madrid du 11 mars 2004.

Nous sommes en Algérie, pays qui a été frappé encore plus que d’autres par le terrorisme. Par cette journée, la République française entend honorer la mémoire de celles et ceux qui ont perdu la vie au cours de ces attentats d’une violence terrible, aveugle et inhumaine.

Par cette journée, la Nation exprime tout son soutien à celles et ceux qui restent meurtris à vie, dans leur chair et dans leur esprit, par la cruauté qu’ils ont subie ou à laquelle ils ont assisté.

Par cette journée, nous nous joignons, sans distinction de nationalité et de croyance, à la douleur de celles et ceux qui suite à ces événements ont été brutalement privés d’un être qui leur était cher.

Par cette journée, nous saluons enfin le courage et le sacrifice des policiers, gendarmes, militaires, pompiers, personnels de santé et simples citoyens qui ont été les premiers à apporter leur secours lors de ces moments dramatiques.

Ces dernières années, chacun d’entre nous a profondément été affecté par cette succession actes infâmes. Chacun d’entre nous s’est identifié à ces vies brisées à Toulouse et Montauban, Paris, Nice, Saint-Étienne-du-Rouvray ou Strasbourg. Nous avons tous dû supporter notre part de tristesse, de peur et d’incompréhension face à de tels actes qu’aucune cause ne pourra jamais justifier.

Je souhaite, par ce temps de commémoration, rappeler que si la vie de ces innocents a été visée, c’est en raison de leur adhésion quotidienne aux valeurs qui fondent notre pays.

La liberté de pratiquer sa religion dans le respect des croyances qui ne sont pas les siennes.

La liberté d’exprimer ses idées et ses opinions sans crainte pour sa vie.

La liberté de vivre un moment de fraternité lors d’un concert de musique ou d’une fête nationale.

Par leurs actes, par leurs choix de vie, ils faisaient vivre ces valeurs universelles et au fondement de notre cohésion nationale. Face à une entreprise de terreur qui ne cherche qu’à nous diviser par des actes abjects, cette journée doit nous rappeler, dans un esprit de concorde et de fraternité, l’importance de les faire vivre et de les défendre.
En tant qu’Ambassadeur de France en Algérie, je veux témoigner du soutien indéfectible et unanime du peuple algérien à notre égard lors de ces événements si douloureux et lui exprimer toute ma reconnaissance. Je pense aussi à la mémoire des nombreux disparus de la décennie noire, algériens ou français, que je souhaite aussi honorer aujourd’hui, et espérer que ce temps puisse nous faire avancer à sa manière, sur ce long chemin de la résilience. Je pense aussi, aujourd’hui, aux victimes originaires d’Algérie ayant perdu leur vie en France.

En cette journée européenne de commémoration des victimes du terrorisme, en cette première journée nationale d’hommage, je vous invite, après la lecture des noms des victimes de ces attentats ayant eu des liens avec l’Algérie, à observer une minute de silence à la mémoire de toutes les victimes du terrorisme.

Victimes d’origine ou de nationalité Algérienne disparues en en France :

  • à Montauban, le 15 mars 2012 :

Abel CHENNOUF, 26 ans, Caporal au 17ème Régiment de Génie Parachutiste.

Mohamed LEGOUAD, 24 ans, Soldat de 1ère Classe au 17ème Régiment de Génie Parachutiste.

  • à Paris, le 07 janvier 2015, lors de l’attentat de Charlie-Hebdo :

Ahmed MERABET, 41 ans, gardien de la paix du 11ème arrondissement de Paris, tué en service.

Mustapha OURRAD, 60 ans, né à Aït Yenni dans la Wilaya de Tizi Ouzou, lecteur-correcteur pour Charlie Hebdo.

  • à Paris, lors des attentats du 13 novembre 2015 :

Djamila HOUD, 41 ans, mère d’une fille de huit ans.

Kheireddine SAHBI, 29 ans, originaire d’Alger, violoniste et étudiant en ethnomusicologie à l’Université de la Sorbonne.

Djalal SEBAA, 31 ans, né à Aïn Touila dans la Wilaya de Khenchela.

  • à Nice, lors des attentats du 14 juillet 2016

Myriam BELLAZOUZ, 29 ans.

Aldjia BOUZAOUIT, 42 ans, née dans la Wilaya de Sétif, mère de quatre enfants.

Zahia RAHMOUNI, 71 ans, née à Constantine.

Laurence SAHRAOUI, 49 ans, grand-mère de Yanis et Léana.

Yanis SAHRAOUI, 8 ans.

Léna SAHRAOUI, 2 ans.

publié le 11/03/2020

haut de la page