Discours de l’Ambassadeur en hommage aux militaires morts pour la France [ar]

JPEG

Dans la nuit du 9 au 10 mai 2019, au cours d’une opération qui a permis la libération au nord du Burkina Faso de 4 otages, parmi lesquels deux ressortissants français enlevés au cours d’un séjour touristique au Bénin, deux membres des forces spéciales militaires françaises ont trouvé la mort.

Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello étaient tous deux officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales : c’était des « des commandos Marine ». Ils étaient jeunes, 33 et 28 ans, mais déjà expérimentés. Ils appartenaient au prestigieux du Commando Hubert qui compte en particulier les nageurs de combat. Ils étaient déployés depuis le 30 mars au Sahel, où l’armée française combat les groupes djihadistes affiliés à Al-Qaida et l’État islamique, dans le cadre de l’opération Barkhane.

Le premier maître de Cédric Pierrepont cumulait 15 ans de service au cours desquels il avait plusieurs fois été engagé sur des théâtres d’opérations en Méditerranée, au Levant et au Sahel.

JPEG

Le premier maître Alain Bertoncello, entré dans la Marine en 2011, a participé à des missions de défense des intérêts maritimes français aux Seychelles et à plusieurs opérations extérieures au Qatar, au Levant et au Sahel.

Les honneurs funèbres militaires leur ont été rendus hier dans la stricte intimité lors d’une cérémonie présidée par le chef d’état-major de la Marine.

Aujourd’hui, alors qu’un hommage national leur est rendu aux Invalides, j’ai tenu à vous rassembler, à nous rassembler, pour rendre hommage, non seulement à ces deux militaires, mais aussi à travers eux, à tous les militaires tombés au Sahel dans l’exercice de leurs fonctions depuis le début de l’engagement militaire de la France au Mali.

Depuis le début de l’intervention française au Mali en 2013, à travers l’opération Serval, puis l’opération Barkhane, ce sont 28 militaires qui ont perdu la vie pour défendre les valeurs de notre pays, garantir la sécurité des concitoyens et lutter contre le terrorisme au côté de nos partenaires africains. Parmi eux, 21 sont morts au combat. Cédric et Alain ont été tués à bout portant au cours d’une opération complexe rendue urgente par le projet de transfert des otages au Mali.
C’est aussi l’opportunité d’avoir une pensée pour tous ceux qui, dans l’ombre, œuvrent pour garantir de tels résultats.

JPEG

Mais c’est aussi l’occasion pour rendre hommage à toutes les victimes du terrorisme, incarné aujourd’hui par un béninois anonyme, Fiacre Gbédji, guide touristique dans le parc de la Pendjari, qui a perdu la vie au cours du rapt de nos concitoyens.

Cédric et Alain ont accompli leur mission, avec courage et abnégation jusqu’au sacrifice ultime. Pourtant, ils n’ont fait que leur métier.
Mais leur engagement les honore, et leur sacrifice nous oblige. Soyons fiers de nos militaires tombés pour défendre les valeurs de la France.
Soyons reconnaissants.
Ne les oublions pas.

Vive la République.
Vive la France.

publié le 24/06/2019

haut de la page