Discours d’ouverture du 2ème colloque sur la monétique [ar]

Discours de l’Ambassadeur Xavier Driencourt à l’ouverture du Deuxième colloque algéro-français sur la monétique et les systèmes de paiement électroniques

Le 11 septembre 2017, à l’Hôtel El Aurassi

Monsieur le Président du GIE-monétique, également Président de l’association des banques et établissements financiers,
Mesdames et messieurs, je suis bien sûr très heureux de revenir en Algérie pour la deuxième fois, de revenir à l’hôtel Aurassi, qui a beaucoup changé, et de revenir aujourd’hui pour ce séminaire consacré à la monétique et au système de paiement électronique.

Je voudrais remercier Monsieur Boualem Djebbar, président du GIE-monetique, tous les organisateurs et sponsors de cet évènement, la compagnie d’assurance Macir vie et son président Hakim Soufi, la société Iris, Bull Algérie, qui est une filiale du groupe français Atos, et l’organisateur, Business France, le service de l’Ambassade de France en Algérie, représenté par Dominique Boutter.

Il y a eu déjà un colloque en juin 2015, auquel certains d’entre vous participaient et depuis ce colloque de 2015, il y a eu de grandes avancées en Algérie, avec le lancement effectif du paiement électronique en ligne, le e-paiement et le lancement prochain du paiement sur mobile, le m-paiement.

Dans ce contexte, la France se tient à la disposition de l’Algérie avec ses entreprises, ses technologies et son expérience pour accompagner ce développement et le secteur financier bancaire dans cette nouvelle étape, cette aventure du paiement électronique et du e-commerce.

En France, en tant qu’Ambassadeur, mais surtout en tant que citoyen, je suis frappé par le développement exceptionnel de ce qu’on appelle la fintech, la combinaison de la finance et de la technologie. Quelques chiffres me paraissent essentiels et illustrent cette explosion :

-  En 2015, il y avait 378 banques actives disposant de 37.000 agences bancaires réparties sur tout le territoire français et aujourd’hui 99 % des français disposent d’un compte bancaire.

-  En 2015, 43 % des français déclaraient être disposés à souscrire à un service bancaire en ligne contre seulement 26 % en 2010.

-  Aujourd’hui en 2017, 50% des paiements s’effectuent par carte bancaire. Il y a plus de 80 millions de cartes de paiement qui sont en service en France, ce qui fait beaucoup plus que la moyenne européenne en nombre de cartes par habitant. Plus de la moitié de ces cartes bancaires permettent désormais des paiements par puces, des paiements sans contact.

-  Le e-commerce s’est développé en France (et ce sera j’imagine la même chose en Algérie) et a généré en 2016, 72 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit une croissance soutenue du secteur de 14,6 %. Notre pays représente ainsi le 2ème marché européen et le 5ème marché au niveau mondial pour le e-commerce.

Je serais incomplet si je ne soulignais pas le développement rapide du commerce sur téléphone mobile, avec l’augmentation du parc de smartphones et de tablettes, qui représente aujourd’hui plus de 15 % des ventes en ligne.

On constate que le e-commerce se développe d’une manière exponentielle. Cependant, je suis en même temps frappé, et j’imagine que ce sera la même chose en Algérie, de voir que cela a changé les habitudes de consommation des français, parce que vous achetez désormais, vous passez vos commandes par internet le samedi, le dimanche, alors que certaines boutiques sont fermées. Du coup, cela a obligé les grandes municipalités, à commencer par Paris, à transformer le mode de fonctionnement des services ouverts le dimanche car il y a une concurrence nouvelle qui s’est développée et cela oblige certains quartiers de Paris à ouvrir désormais le dimanche pour concurrencer le E-commerce.

Ainsi, on voit bien que le paiement en ligne a généré de nouvelles habitudes de consommation, quelque chose que l’on n’imaginait pas il y a quelques années. Donc dans tout ce contexte évidemment, les banques françaises et les différentes sociétés qui sont présentes, sont tout à fait disposées à vous accompagner, à accompagner l’Algérie et à accompagner les institutions algériennes dans ce développement. Je pense que le but de cette journée, le but de ce séminaire, ce matin, est destiné justement à échanger les expériences et je vous souhaite à toutes et à tous, monsieur le Président, beaucoup de succès dans vos travaux.

Je vous remercie et vous souhaite encore une bonne fois une bonne matinée et de bons échanges sur ce sujet.

publié le 15/09/2017

haut de la page