Déclaration de Bruno Le Maire à l’occasion du COMEFA

Déclaration conjointe de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, et de M. Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, à l’occasion du Comité mixte économique franco-algérien (COMEFA)

Propos de M. Le Maire

JPEG

Merci Monsieur le Ministre, cher Abdelkader, cher Youcef,

C’est avec beaucoup de bonheur et beaucoup d’émotion, que je viens ici, pour la première fois en Algérie, contrairement à mon ami Jean-Yves Le Drian, et pour la première fois à Alger, qui est la ville qui a vu naître mon grand-père en 1899, avec laquelle, j’ai donc des liens familiaux, intimes et personnels.

C’est avec de l’émotion, et c’est aussi avec beaucoup de joie, parce que je vois s’ouvrir devant nous une nouvelle phase de la coopération économique entre la France et l’Algérie. Toutes les conditions sont réunies. Nous avons un nouveau président de la République française qui est déterminé à avancer dans cette direction. Nous avons une nouvelle majorité que Jean-Yves Le Drian et moi-même je pense, représentons dans sa diversité et aussi dans sa singularité et nous avons du côté algérien, ce qui a été confirmé ce matin, une véritable volonté aussi d’avancer dans la même direction. Nous avons été très sensibles à la participation de plusieurs ministres du gouvernement algérien à cette réunion.

Si on regarde les chiffres, depuis plusieurs années, cette relation économique entre la France et l’Algérie recule. Disons les choses simplement. Nous sommes déterminés à lui donner une nouvelle ambition dans les années qui viennent. Une ambition très concrète. Je crois que les accords que nous avons signés ce matin, sont le signe le plus tangible de notre détermination à avancer sur la base de projets concrets.
De grandes déclarations, c’est utile, mais des décisions concrètes, c’est encore mieux pour faire avancer nos relations économiques.

JPEG

Nous avons donc signé l’accord sur l’usine de production de composants moyenne tension avec Schneider. Nous avons signé un accord avec Agrolog de commercialisation de produits agricoles algériens en France et je suis convaincu que dans le domaine agricole, il y a des perspectives de développements très importantes à l’avenir. Enfin, je voudrais insister sur la signature de l’accord de l’installation de l’usine PSA à Oran.

J’insiste sur cet accord parce que cela fait des mois qu’il y avait des sujets qui n’étaient pas encore réglés et je crois que cet accord est la preuve que lorsqu’il y a la détermination politique, nous pouvons aboutir. Je voudrais à nouveau remercier les autorités algériennes, remercier le ministre de l’Industrie et des Mines. Nous nous sommes appelés en début de semaine, nous avons travaillé toute la semaine, Peugeot a travaillé, les autorités ont travaillé, nos services techniques ont travaillé pendant toute la semaine, pour parvenir à la signature de cet accord. Sur chaque dossier, nous mettrons la même énergie technique et la même énergie politique.
Nous sommes donc convenus avec Youcef, d’une méthode de travail nouvelle pour accélérer le développement des relations économiques entre la France et l’Algérie. D’abord nous allons regarder au niveau technique, tous les problèmes techniques qui peuvent se poser entre deux pays et deux pays amis. Il peut toujours y avoir des problèmes techniques à régler. Un groupe de travail technique franco-algérien réglera ces problèmes techniques qui ne doivent pas servir de prétexte de blocage de grands projets économiques.

En deuxième lieu, nous voulons faire avancer un certain nombre de projets qui sont aujourd’hui sur la table, notamment Alstom (matériaux de transport), Renault, Sanofi. Beaucoup de projets sont sur la table et doivent pouvoir être signés dans des délais raisonnables.

Enfin, je réponds à la proposition du ministre de l’Industrie et des Mines, il y a un certain nombre de secteurs sur lesquels nous devons pouvoir travailler encore plus entre la France et l’Algérie, parce que ce sont des secteurs d’avenir. Je pense aux énergies renouvelables, aux composants dans le domaine du secteur de l’automobile, à tout ce qui a trait à la ville du futur, à tout ce qui a trait au numérique, à tout ce qui a trait au tourisme. Sur tous ces sujets-là, je pense qu’il y a des champs de coopération entre nos deux pays qui sont des champs positifs, ouverts et extrêmement prometteurs.

Merci encore à nos amis algériens et au gouvernement algérien de l’accueil que vous nous avez réservé à Jean-Yves Le Drian et à moi-même. Je suis convaincu que s’ouvre une nouvelle phase de la coopération économique entre nos deux Etats.

publié le 04/12/2017

haut de la page