Coopération culturelle, scientifique et...

Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération culturelle, scientifique et technique s’inscrit dans le cadre du document cadre de partenariat (DCP), renouvelé lors du CIHN d’avril 2016, dont les objectifs sont : le renforcement du capital humain ; le développement économique et durable et le secteur productif ; la bonne gouvernance, la modernisation du secteur public et le renforcement de la coopération décentralisée. Ce DCP a été renouvelé pour une période de 5 ans (2013-2017) à l’occasion de la visite du Président de la République en juin 2015 avec, pour priorité, la formation des jeunes Algériens. L’Algérie est l’un des principaux bénéficiaires des crédits de coopération français.

Notre coopération universitaire s’attache à accompagner la réforme LMD (Licence, Master, Doctorat), la formation des enseignants-chercheurs ; mettre en place des pôles d’excellence (Ecole supérieure algérienne des Affaires ; Ecole Supérieure de Technologie ; classes préparatoires ; création d’un réseau d’Instituts d’Enseignement Supérieur de Technologie) ; contribuer à l’amélioration du système éducatif et de la formation professionnelle. La troisième conférence franco-algérienne de l’enseignement supérieur et de la recherche s’est tenue en Algérie en janvier 2013. L’enseignement du et en français est également au cœur de notre action : aide à l’amélioration de la formation initiale et continue des enseignants de français tant dans le secondaire que dans le supérieur ; appui aux doctorants de français ; soutien à la mise en place de centres d’enseignement intensif des langues dans les 35 universités du pays.

Notre coopération s’appuie sur un réseau culturel français redéployé depuis 2000 (cinq instituts français à Alger, Annaba, Oran, Constantine et Tlemcen). La réouverture de l’institut français de Tizi Ouzou est à l’étude. Le lycée-collège international Alexandre Dumas à Alger, rouvert en 2002 scolarise plus de 1000 élèves, une autre école primaire à Alger en scolarisant 500. Il est prévu d’ouvrir deux écoles françaises à Oran et Annaba.

La coopération institutionnelle vise notamment à appuyer les efforts de modernisation de la Justice, de l’administration, des transports, de l’aménagement du territoire et de la protection civile. Elle encourage la coopération décentralisée et le soutien à la société civile.

Liens utiles

Institut français d’Alger
Institut français d’Oran
Institut français de Constantine
Institut français de Tlemcen
Institut français de Annaba

Autres types de coopération

La coopération franco-algérienne se caractérise par l’extrême diversité de ses champs et la multiplicité de ses acteurs (administrations, collectivités locales, associations, ONG, etc.), qui reflètent la vitalité d’une relation enracinée dans l’histoire et les liens humains et familiaux. L’éventail de ces coopérations peut être trouvé sur le site de l’ambassade de France à Alger.

Dans le domaine de la défense, notre action s’articule autour des axes suivants : expertise auprès des armées, formation des élites et enseignement du français en milieu militaire. L’enseignement du français demeure une priorité pour les stagiaires algériens se rendant dans nos écoles de formation. Durant la deuxième session du CIHN de décembre 2014, la France et l’Algérie ont marqué leur détermination à poursuivre leur dialogue et à approfondir leur coopération en matière de lutte contre le terrorisme.

Chaque année, une Commission mixte (Commixte) de coopération dans le domaine de la défense se tient alternativement en France et en Algérie. La 7éme Commixte s’est tenue les 17 et 18 novembre 2014 et a permis d’ouvrir de nouvelles perspectives de coopération pour l’année 2015. Des propositions concrètes ont été formulées à cette occasion pour dynamiser les échanges d’analyses sécuritaires et stratégiques, accroître l’échange d’expertise, renforcer la coordination opérationnelle dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans la sous-région du Sahel et œuvrer pour le tarissement des sources de financement des groupes terroristes à travers le paiement des rançons, le crime organisé et le trafic de drogue.

Dans le domaine de la sécurité intérieure, notre coopération se concentre principalement sur les domaines de la lutte contre le terrorisme, contre la criminalité organisée, contre l’immigration clandestine et la fraude documentaire ainsi que sur un vaste programme d’appui à la modernisation des services de protection civile algériens.

publié le 04/05/2017

haut de la page